Nespresso : pardonnez moi...

Publié le par le lombric

Oui, je dois l'avouer, au risque de me décrédibiliser et de m'attirer les pires insultes : je possède depuis de nombreuses années, bien avant le lombricomposteur, un cafetière Nespresso à capsules. Vous savez, le secret de drague de George Clooney...

Ou plutôt je possédais car depuis quelques temps c'est terminé. Fini les capsules.

Kesaco ?

Les cafetière Nespresso sont reconnues pour fournir un café excellent et facile à réaliser, grâce notamment à son système de capsules en aluminium, dosette individuelle contenant 5 ou 6 g de café pour une tasse.


Les inconvénients du système sont bien connus :

- il est coûteux puisqu'une capsule revient à 0.32 à 0.35 €, et vous n'avez pas d'autre choix que de vous adressez à Nespresso pour vous en fournir; il n'existe pas de concurrence.
- la quantité de déchets produite pour chaque café est importante et ne peut faire l'objet d'un recyclage.
- Nespresso cultive une image de club chic et produit une abondante littérature sur papier glacé, dont l'intérêt ne va pas au-delà de l'image tant le contenu est indigent.

Que faire ?


J'ai dans un premier temps, voici un an environ, écrit à Nespresso pour connaitre leur position sur les problématiques environnementales mais aussi en matière de bio et de commerce équitable.

Je vous épargnerais la réponse, longue, tant elle est vague et creuse, affichant les meilleurs intentions mais sans éléments précis et concrêts. Ce type de discours se retrouve sur leur site internet.

La réponse ne m'avait pas rassurée mais le beau discours m'a rendormi pour quelques mois... Je n'ai donc pas ressorti ma bonne vieille cafetière italienne....

Pourtant, l'arrivée du composteur d'appartement a ravivé mes scrupules et n'a fait que soulignr l'absurdité environnemental de ces capsules.

Et puis...


Et puis j'ai vu le documentaire de Erwin Wagenhofer We feed the world (Le marché de la faim) où l'ont passe quelques minutes avec Peter Brabeck, le patron de Nestlé. Et là tout y passe : les gauchistes des ONG, l'escroquerie du bio, le bonheur de la privatisation de l'eau, les joies du marché, la feignantise chronique des salariés et l'idéal robotisé, etc.

Tiens, je ne résiste pas à l'envie de vous montrer l'extrait :



Erwin, si tu me lis, ne te fache pas ! On peut acheter le DVD ici :-)

Alors là, trop c'est trop ! Je comprend brutalement à quel point le marketing capiteux de la multinationale suisse m'a abruti ! Quel con je fais.

Donc...

Ben me voilà avec une superbe cafetière inutile... la vendre, la donner ? J'ai pas envie qu'un autre gogo prenne le relais... Je la garde dans un coin, un peu comme on le fais des déchets nucléaires, sans vraiment de solution... Une sorte de déchet ultime de cette mondialisation sans foi ni loi qui commence à me les briser menu, comme disait Audiard. Tiens je vais revoir les Tontons flingueurs parce le Papi flingueur, helvête et lifté, il m'a un peu démoralisé... pas vous ?

______________________ ::- PUB -::_______________________________

PS : Quoi !? Vous n'avez pas encore votre lombricomposteur alors qu'il est si utile !!?? N'attendez plus et commandez le sans tardez chez notre partenaire Jardins animés, sans oublier de vous abonner à sa newsletter pour bénéficier de 5 € de remise ! Merci qui ? Merci le Lombric !!

Commenter cet article

audrey 22/05/2009 13:48

j'ai moi aussi aussi hélàs succomber à cette satanerie pour mes invités accro à la caféine et moi "allergique" car ne carburant qu'au rooibos bio !
QUESTION : on peut donc éventrer les capsules de l'enfer pour y mettre le marc dans le lombricomposteur ??
merci ;)

le lombric 26/05/2009 08:37


oui en effet. Peut être même si l'on rince la capsule en aluminium restante, la mettre dans la poubelle des déchets recyclable.